Alpine Tour 2004 - Kransjka Gora-Bolzano

Index de l'article

15/08/2004: Kransjka Gora (Slovénie) - Bolzano (Italie)

On n'aurait pas du se taper 2 demi-litres de petit vin slovène la veille (ça fait plus qu'une bouteille...): le réveil est quelque peu dur. Après quelques km de routes slovènes dont l'état ressemble á celui des routes belges, en mieux quand même, on arrive a la frontière. Mal réveille (le vin de la veille), je donne mon passeport au douanier slovène qui me le demandait; il regarde puis me le rend. Je redémarre et me rend compte que j'ai gardé mon casque fermé, avec mon buff remonté jusqu'au nez parce qu'il faisait encore frisquet ! Quelques mètres plus loin, les 3 douaniers italiens n'esquissent pas le moindre geste pour nous contrôler.  Al Qaida n'a qu'a bien se tenir, l'Europe est bien gardée...

Les  premiers km sont très roulants.  A l'approche du Passo di Monte Croce di Comelico (Kreuzbergpaß) sur la S355, la moyenne chute: on est un dimanche 15 août, et il y a un monde fou sur les routes et dans les villages. En plus, c'est l'heure de la messe...

La descente de Dobiacco sur Cortina d'Ampezzo se fait dans les mêmes conditions, mais il commence a y avoir de plus en plus de motos. Le Val di Landro est une vallée sympa au revêtement impeccable, mais bon, à faire à une autre date sans doute.

De Cortina, on continue vers le Passo di Falzarego; arrivés au sommet, reste encore 17 épingles a redescendre :-)  Plus loin, c'est le Passo Pordoi . En fait, je m'étais inspiré du RB du CentoPassi 2003; je comprend pourquoi ils étaient passes par la ! c'est virages sur virages, dans les alpages. Après la descente sur Canazei, je prend une plus petite route vers Bolzano par le Passo di Costalunga (Karerpaß, 1.752 m). La pause y a été appréciée...

   AT04S1 026.jpg (1228623 octets)

Le trafic y est plus réduit, et la route toujours aussi sympa. Les massifs rocheux sont superbes et les virolos attirent quand même pas mal de tarmos. Dans la descente, 3 sportives vont se rabattre pile poil devant les 2 voitures qui nous précèdent, obligeant tout le monde à freiner sèchement pour laisser la place à ces c**s/ La fin de la route dans le Val d'Ega est superbe: la vallée est très encaissée et les rochers surplombent la route qui ets plutôt dans la pénombre. Restent 30 km de Bolzano à Valle Sarrentina. Les premiers km se font également dans une route incrustée dans la roche, avec de nombreux tunnels, le tout surplombés de vieux châteaux forts. On est sur la route du Passo Pennes que l'on fera demain, en même temps que le Stelvio.

Les 355 km commençaient a se faire sentir: l'intercom devenait de plus en plus grognon; qu'est-ce que ce sera demain (3 cols en plus, même s'il y a 60 km de moins) ?

Ce soir, on ne se laissera pas avoir par le p'tit vin blanc. On n'est pas bêtes: on essayera le rouge local...

Trajet du jour et site de l'hébergement: http://www.hotel-bergerhof.it

16/08/2004: Bolzano - Tiefencastel

On a bien fait de se contenter de peu de rouge la veille: on est plus frais lors du départ  :-)

Le premier col est à quelques km: le Passo di Pennes (Penserjoch, 2.215 m), bien sans plus.

Après la descente et l'arrivée á Vitipeno commence la montée sur le Passo di Giovo (Jaufenpaß); c'est plus viroleux (pas épingles sur épingle mais des virages qui s'enchaînent joliment), le revêtement est moyen et le sommet complètement dans la brume. La descente dans les bois est sympa. Arrivés á Merano, reste 30 km de liaison pour se retrouver au début de la route du Stelvio. 13:00 h: on y est. La route du Stelvio monte d'abord en suivant une rivière. C'est un peu sinueux. La première épingle me surprend presque: je regarde bêtement la plaque avec le chiffre 48 qui y figure. Pour un peu, je me la prend ! A partir de là, les 47 autres épingles vont se succéder. C'est quasiment épingle sur épingle, avec peu de virages entre les 180°. Les voitures (et les motos) ont souvent besoin de toute la largeur de la route pour virer. Vers la 25ème épingle, la voiture qui me précède s'arrête pile-poil dans le virage. Du coup, je bloque dans l'épingle La moto vacille à l'arrêt, vers la droite; certes, mais comme elle est trop haute pour moi, la pente de l'épingle fait qu'à droite, mon pied est dans le vide.. Je sens les 420 kg du bestiau, de ses bagages et de ses passagers prendre du gîte vers la droite. Si jamais elle se penche trop, je ne saurai pas rattrapper le poids: juron à l'adresse du conducteur du pick-up qui m'a bloqué et très gros coup de rein pour retrouver l'équilibre. Le pied gauche retrouve le contact avec le sol, la gîte redevient normale: redémarrage à 2 mètres du mur de l'épingle. Heureusement, la voiture qui venait en face et avait causé l'arrêt du pick-up n'a pas avancé et ne me bloque pas. Plus que 23 épingles... Les derniers lacets sont extraordinaires: il n'y a plus d'arbres, et le regard embrasse les lacets restants. Au sommet du Passo dello Stelvio, il y a une foultitude de motos garées: sportives, mais aussi des trails, des customs, des scooters...

     

Durant la montée, il n'y a pas eu de fous pour tenter des dépassements; en fait, tout le monde monte au rythme des voitures, les motos font parfois quelques dépassements quand la route le permet, mais tarmos et automobilistes sont plutôt prudents. 2 km après le col du Stelvio, on prend une petite route vers la Suisse qui se transforme en chemin non goudronné sur 2 ou 3 km. C'est le Passo Umbrail. La vallée est superbe, le reste de la descente aussi, même si la route est étroite et peu roulante. Quelques km plus loin, la route est plus belle et plus roulante. On enchaîne avec l'Ofenpaß (vraiment très roulant)  et le Flüelapaß (plus en altitude, avec des restes de neige près du lac du sommet).

Reste à se taper Davos puis Surava. Là, mauvaise surprise: le B&B réservé depuis 3 mois est désert et fermé; après 20 minutes d'attente, on se décide à partir sur Tiefencastel pour y trouver un hôtel: l'hôtel Albula. Bon, l'hotel est sympa, le vin blanc aussi :-)

Trajet du jour et site de l'hébergement: http://www.albula-tiefencastel.com/