Embruns intensif à Paimpol

Je n'avais pas encore eu l'occasion de découvrir la côte Nord de la Bretagne: j'ai donc profité de 15 jours de congés fin mars pour m'inscrire à un stage "Embruns intensif" aux Glénans; il s'agit d'un stage intensif de navigation côtière de niveau 3 voiles d'une durée de 2 semaines.

Arrivé sur place en avance, ce qui a permis de démarrer rapidement l'inventaire et les vérifications d'usage, j'ai eu l'occasion de faire connaissance avec le reste de l'équipage (7 stagiaires moi compris et un moniteur) et de découvrir le bateau, un Sun Fast 37.

Khephren, un Sun Fast 37
Khephren, un Sun Fast 37

Le trajet

Le trajet suivi nous a mené:

  • Jour 2: du port de Paimpol au port de Binic
  • Jour 3: de Binic au port de St-Quay-Portrieux
  • Jour 4: de St-Quay-Portrieux à Port-Blanc (mouillage sur un coffre)
  • Jour 5: de Port-Blanc au port de Trebeurden en passant par Perros-Guirec (pour une petite réparation), un mouillage à l'Île aux Moines et un mouillage à Trégaste.
  • Jour 6: de Trebeurden à Port-Blanc en passant par un mouillage à Ploumanach'
  • Jour 7: de Port-Blanc au port de St. Peter Port de Guernsey
  • Jour 8:de St. Peter Port à un mouillage à Sark (à Derrible Bay)
Mouillage à Sark
Khephren au mouillage à Sark
  • Jour 9: de Sark à St. Peter Port
  • Jour 10: de St. Peter Port au port de St. Hélier (Jersey)
  • Jour 11: de St. Hélier au port du Bas-Sablon de Saint-Malo, en passant par les îles Chausey
  • Jour 12: du Bas-Sablon de Saint-Malo au bassin Vauban de Saint-Malo après une petite journée en mer du côté de Saint-Jacut-de-la-Mer
  • Jour 13: de Saint-Malo au port de Lézardrieux
  • Jour 14: et enfin, de Lézardrieux à Paimpol

Météo

La météo a été relativement calme: 2 à 3 demi-journées de pétole, et pour le reste, généralement des vents de 2 à 4 Bft.

Spi: en avant, en arrière

Avantage de la météo: beaucoup de lancés de spi, un temps sec et des températures clémentes. A propos du spi, nous avons eu l'occasion de tester un démarrage en marche arrière au spi (attention, hein, c'était volontaire: une envie du moniteur... !). Résultat de l'essai: ça marche, ça ne sert à rien mais disons que c'était pour la beauté du geste...

Spi gréé pour la marche arrière

Papiers SVP

Aux îles Chausey, nous avons eu droit à une visite de la douane, avec fouilles des valises. Comme nous devions être sans doute le seul voilier de passage ce jour-là, pour peu qu'ils aient un quota minimum de vérifications à effectuer, ça devait forcément nous tomber dessus. Pour ceux qui sont intéressés, sachez que cela représente 30 minutes de retard, ce qui, pour nous était ennuyeux dans la mesure où l'on voulait arriver à Saint-Malo avant l'entrée en vigueur du seul BMS qui nous a concerné.

Elle voit des derricks partout

A Guernsey, l'équipe partie au ravitaillement a été informée qu'en raison d'un problème sur le bateau, il ne lui était pas possible de rembarquer immédiatement. Pendant qu'une partie de l'équipe se perdait en conjonctures sur l'origine du problème, l'équipe restée à bord s'attelait à le réparer. L'enfer étant pavé de bonnes intentions, un des membre de l'équipage avait voulu refaire le plein d'eau... et avait consciencieusement rempli à ras-bord le réservoir de gasoil, d'où purge de celui-ci, une fois la méprise repérée. Pour ceux qui sont intéressés, sachez qu'il est bien écrit "gazoil" sur le bouchon du réservoir de gazoil, et "water" sur celui d'eau: ces Sun Fast sont bien fait, mais quand ça veut pas, ça veut pas :-) Comptez 2 heures pour effectuer une purge (achat de pompe et nettoyage de la cabine compris).

Mouillage mouillé

Nous avons mouillé à Sark dans Derrible Bay, et il était prévu de visiter l'île en allant jusqu'à la plage en annexe afin de rejoindre l'escalier qui escalade la falaise.

Une fois l'annexe gonflée, les 8 valeureux memebres de l'équipage y ont embarqué et ont pagayé vaillamment vers la plage. Au fur et à mesure que celle-ci se rapprochait, les vagues se formaient et déferlaient de plus en plus. Alors que nous étions arrivés à 5 m du but, le moniteur, effrayé par la hauteur de la vague déferlante qui s'approchait (elle faisait bien 30 cm de hauteur) et paniqué par l'idée d'être mouillé, s'est redressé pour se mettre au milieu de l'annexe, imité en cela par sa voisine. Les 140 kg ainsi déplacés ont eu pour effet de déstabiliser l'annexe, ce qui a entraîné un mouvement général de repli de bâbord vers tribord accentuant le mouvement de rotation de l'annexe, laquelle a complètement chaviré... Heureusement, nous avions pied. Une fois l'annexe redressée, les goélands locaux ont eu droit à un spectacle d'essorage/séchage:

Arrivée humide sur la plage de Sark
Mouillés mais contents

Les Sercquiais ont eu droit au spectacle de 8 marins se baladant dans leurs campagnes en collant, voire en caleçon. Une fois plus ou moins secs, il a fallu rembarquer dans l'annexe pour rejoindre le bateau. Malgré les multiples propositions émises pour effectuer un embarquement au sec, c'est à nouveau avec les pieds (et le bas du dos) mouillés que nous avons rejoint Khephren, lequel s'est retrouvé recouvert de linge et de chaussures mis au séchage.

Démarreur capricieux

Le démarreur s'était parfois montré farceur lorsqu'il avait fallu redémarrer le moteur alors que celui-ci était encore chaud. Dans le sas menant au bassin Vauban du port de Saint-Malo, ce qui devait arriver arriva: alors que l'écluse s'ouvrait pour nous permettre de passer, le démarreur n'a pas donné signe de vie. Après discussion avec les éclusiers, ceux-ci ont accepté que nous passions à la voile. 15 minutes plus tard, les voiles sont prêtes à être hissées et l'écluse va à nouveau nous être ouverte. Par acquis de conscience, nous réessayons le démarreur: vroum... Après un mot d'excuse auprès des éclusiers, nous passons le sas au moteur.

Lézardrieux, son bar, ses départs matinaux

Le dernier soir, nous avons apponté au port de Lézardrieux. Après avoir consommé avec modération l'excellente Grimbergen au fût du Bar du Yacht et sa tout aussi excellente musique, nous avons largué les amarres à 3:00 h afin d'être de retour à Paimpol à 6:00 h; enfin, nous... disons la moitié de l'équipe, l'autre moitié dormant tranquillement bercée dans les cabines.

Côté cambuse

L'OXO que j'avais amené s'est révélé être une valeur sûre: il a été mis à toutes les sauces et dans tous les plats (yaourts exceptés). Côté légumes, les légumes de saison avaient la cote: aïe, c'étaient surtout des choux et des lentilles, et pour ne rien arranger, un des membre de l'équipe ne pouvait se passer d'aïl dans tous les plats..

Les expressions à la mode furent

  • Les gens
  • C'est couillon
  • Défoncer
  • Exploser

Bon, elles venaient pour la plupart de la même personnes ;-)

Le CD le plus écouté durant ces 2 semaines fut

Wite Inferno (Bile Inferno) de Iva Bittova et Vladimir Vlacavek.

Les expressions bannies

Nous avons évité les "on" pendant ces 15 jours, ce qui a donné des "nous virons" ou des "nous virons les gens" au lieu de "on vire". Oui, bon...

Les photos

Les miennes sont ici, celles de Sarah sont là.